Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 11:06







Rose-Marie, chroniqueuse, "belle plume", a écrit un billet qui m'a interpellée.
Un billet dont le contenu, à méditer, est tout à fait représentatif de notre société,
de notre époque.

Je le laisse à votre appréciation puisqu'elle a bien voulu que je le partage avec vous.
Merci Rose-Marie.

Le voici, elle l'a intitulé


Des millions d'amis. 

Au réfectoire, souvent, elle mange seule : ce n'est pas qu'elle n'a pas de bon rapports avec ses collègues de travail, mais souvent, elle n'a pas grand-chose à leur dire.  Ils n'ont pas les mêmes centres d'intérêt, enfin, à vrai dire, c'est plutôt elle qui n'a pas d'intérêt.
Le travail terminé, elle se dépêche de ranger son bureau, pour ne pas rater sa correspondance,
c'est qu'elle a pas mal de trajet encore, avant de regagner ses pénates. Elle a bien essayé de lire dans le bus, mais avec le chaos, ce n'est pas facile.  Alors, elle regarde défiler le paysage.
En face d'elle, il y a parfois des vieilles dames qui entament la conversation, mais ça l'agace un peu ; et les petits enfants qui essaient de grimper sur ses genoux sont tellement turbulents !
Alors, devant son visage fermé, les vieilles dames se taisent et les mères rappellent leurs enfants.
Parfois, son regard accroche celui de l'Autre, avant de glisser très vite dans le vide.
Elle pourrait lui sourire, bien sûr, depuis le temps qu'ils se croisent sans échanger un mot, mais après, il faudrait parler, papoter, raconter, se raconter, peut-être se voir obligée d'aller prendre un verre, faire des efforts de toilette, et on ne sait jamais où tout cela peut vous mener...
Non, merci.
Et ce bus qui a du retard.  Elle aura juste le temps de se réchauffer une pizza vite fait, de manger sur le pouce, tout en allumant l'ordinateur.  Quelle impatience !  C'est tous les soirs la même chose, une poussée d'adrénaline, en poussant sur le bouton.
Elle a oh, au bas mot 300, ou même 400 amis.  Auxquels viennent s'ajouter régulièrement les amis des amis.  Il y en a même des autres continents.  Parfois, le dimanche, elle prend ainsi son petit déjeuner avec un ami Australien !  Elle connaît toute sa vie, et il connaît tout de son histoire à elle, ses goûts, ses rêves...


Il aurait pu prendre un dernier verre avec ses copains, ou encore faire une partie de cartes avec ses parents, qui se font vieux, mais tout cela le mettrait en retard.
Pour son pseudonyme, il avait d'abord pensé à Seigneur, mais ça fait un peu prétentieux : il faut rester dans les limites du raisonnable, on ne sait jamais, imaginons qu'un jour il la rencontre pour de vrai, la Femme de sa Vie, elle s'apercevrait vite qu'il n'a rien d'un Prince Charmant.
Blondinet, c'est joli, non ?  Ca fait un peu gamin et dans sa tête, il a 15 ans et même si ses tempes se dégarnissent, il peut plaire encore ; enfin, il pourrait, s'il n'était pas si timide.  Mais sur Face à Face, on a toutes les audaces !
Tenez, cette jeune personne, dont il croise le regard tous les soirs, dans le bus 58, et bien, s'il voulait...  mais ça doit être une grande timide aussi, elle baisse vite les yeux quand il a le courage de lui faire un petit sourire.
L'appartement est rangé, comme toujours, forcément ; un petit thé citron, et allons-y.
On dit qu'on peut arriver jusqu'à des milliers d'amis, sur le site Face à Face.  Lui, il se contente d'une petite centaine de correspondants, pas tous intéressants, certains sont même carrément rasoirs, il faut bien le dire, entre leurs petites histoires et leurs petits mensonges.
Mais comme ce sont des amis, et qu'on ne peut pas laisser tomber les amis, et bien...
Mais à choisir entre les amis virtuels, et une petite amie...  Demain, c'est promis, il parlera à la demoiselle timide, et peut-être qu'elle aura le temps de prendre un verre, et de parler.
Car c'est ça qui lui manque le plus, parler.  Vraiment.

                                                                                                       Rose-Marie Legrain.

                                                                                         Article paru dans Vlan / l'Echo
                                                                                                         Ed. Basse-Sambre
                                                                                                     le 9 septembre 2009

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Danielle Buys - dans Gens
commenter cet article

commentaires

Michèle Somville 14/10/2009 11:23


Superbe texte, très parlant en effet. Je comprends ce personnage et en même temps, j'ai envie de lui dire de faire un effort! Par nature, je ne suis pas très bavarde mais comme malgré tout j'aime
le contact avec les autres, je fais souvent un effort et je ne l'ai jamais regretté. C'est souvent très enrichissant et amusant.


Carole 20/09/2009 20:35

très réel,
très parlant,
merci pour ce partage,
bisous Danielle

Danielle Buys 22/09/2009 00:27


Merci d'être passée et d'avoir laissé un petit mot.
Bisous ma Carolounette.


biker06 13/09/2009 20:50

je ne sais pas ! chaque individu à son caractere. J'ai toujours été tres ouvert aux autres. Mais c'est aussi vrai que je n'ai jamais eu d'amis qui proviennent de mon travail. Ce sont les passions, les loisirs , les rencontres ou l'on ne retrouve pas les memes gens que l'ont voit chaque jours. Maintenant c'est le virtuel qui s'en mele aussi ! Vaste debat pour analyser ce virtuel ou pour l'instant je n'ai eu que des bonnes choses....
bisous
pat

Danielle Buys 14/09/2009 00:03


Un beau sujet de dissertation à mon avis.


Présentation

  • : Le blog de Danielle Buys
  • : " A tous ceux qui voient le monde bien plus beau à travers un viseur ". Katrin Eismann.
  • Contact

Albums photos

 

 

 

   
  Couverture-album-Biarritz-1

Il y a    personne(s) sur ce blog

Merci pour votre visite !